Anne Wauters, 2011

Présentation de la démarche :
Véronique Ellena travaille depuis plusieurs années la photographie en couleur. Ses images sont réalisées à la chambre 4×5.
Ce qui caractérise l’ensemble du travail de Véronique Ellena, c’est cette faculté à rencontrer les autres, à les comprendre intimement, à les apprécier, comme cela se perçoit dès les mises en scène du quotidien réalisées dans les années 1990.
Cette aptitude est également tangible dans ses paysages commencés en 2005 : l’empathie n’est pas
moins forte envers la nature qu’envers l’humain. La qualité allégorique qui est la leur, la tonalité sacrée qui en émane en fait la continuation logique de la série “Ceux qui ont la foi”.
Elle est attentive à tout ce qui fait la poésie, la saveur, mais aussi la profondeur du quotidien.
Après s’être consacrée à des images qui reflétaient, par la mise en scène, les moments forts de la vie courante, elle s’est attachée aux portraits de personnes animées par une passion, les « Classiques cyclistes », ou caractérisées par leur foi : « Ceux qui ont la foi ». Elle approche de la même manière, à la fois directe, globale et silencieuse, ces autres choses essentielles de la vie que sont les « Paysages » et les « Natures mortes ».
Cette série, réalisée à la Villa Médicis, nous confronte à des images d’animaux que la vie a quitté – poissons, poulpe, oiseaux… -, de quelques fruits ou mets, photographiés dans un environnement adéquat, avec cette attention et cette sobriété qui caractérisent l’ensemble de l’œuvre.
Dans la série « Invisibles » elle photographie les sans-abris à l’aube, allongés sur les parvis, sous le porche des églises, au pied de monuments : formes imprécises, voire mystérieuses, qui semblent appartenir au corps de la ville, à sa minéralité.
Il s’agit ici de regarder ce qui ne se regarde pas, ce qui est insoutenable, mais sans pathos ni misérabilisme.
L’œuvre de Véronique Ellena articule plusieurs questionnements : la place de l’homme dans la société, l’environnement et sa symbolique.
Le caractère spirituel du monde qui nous entoure est au centre de la préoccupation photographique de l’artiste.
Cette spiritualité ne doit pas s’entendre au sens religieux du terme mais bien plus au sens païen de la communion entre l’homme et son univers.
Le Mystère qui émane des choses est également présent dans ses photographies ainsi que le désir de capter un instant, fugitif et immatériel.
Pour elle la photographie est une quête. Chacune de ses photographies est une invitation à la méditation.
Anne Wauters.

Comments are closed.